28.2.05

Go Clint !

Doublé meilleur film/meilleur réalisateur pour Clint Eastwood et son "Million Dollar Baby" aux Oscars. Cela tombe bien c'était mon favori - en l'absence de nominations pour mes films préférés de l'année, "Eternal Sunshine of a Spotless Mind" et "Collateral". Gageons que la droite chrétienne qui avait dénoncé le film va hurler au scandale et au déclin des valeurs morales. Je ne peux, hélas, en dire davantage sans dévoiler la fin du film, et je m'en voudrais de la raconter sachant que les spectateurs français n'ont pas encore eu la chance de le découvrir. Il n'y a bien sûr rien qui soit de nature à choquer un spectateur un tant soit peu intelligent (disons, un QI supérieur à 50) et ouvert (quelqu'un qui ne prend pas l'intégralité de la Bible au pied de la lettre). Mais la droite fondamentaliste américaine, qui voit de travers toute interrogation humaniste, va encore râler contre Hollywood. Ce qui est un de ses sports favoris.
Dans le même registre oeillères-hypocrisie-je-ne-vois-pas-plus-loin-que-la-parole-de-mon-télévangéliste, il convient, comme chaque semaine, de lire la "column" de Frank Rich, le brillant chroniqueur politico-culturel du New York Times, qui nous raconte comment les hommes politiques les plus à cheval sur les valeurs morales n'ont aucun scrupule à se faire financer par des câblo-opérateurs diffusant des films porno. Ou comment Fox News hurle au déclin des valeurs religieuses pendant de Fox (le network) diffuse tout ce qui fait de l'audience, c’est-à-dire sexe, violence et controverse. Rupert Murdoch pourrait reprendre à son compte la maxime de Ronald Reagan: "ma main droite ne sait pas ce que fait ma main gauche".

P.S. 28.2.05 @1:49 pm
Les Oscars sont depuis une dizaine d'années précédés par les Razzies, une récompense allant aux plus mauvais acteurs et films de l'année (on compte Madonna, Jean-Claude Van Damme et autres au palmarès). Bien entendu, les vainqueurs ne viennent jamais chercher leur trophées. Sauf... Halle Berry qui, faisant preuve d'une grande classe et d'un grand sens de l'humour, est venue cette année recevoir son "Razzie" pour sa performance dans Catwoman. Parodiant son discours de 2002 lorsqu'elle avait reçu un Oscar (un vrai !) elle a remercié tout le monde et surtout Warner Brothers pour l'avoir "fait jouer dans cette m....". Elle a égalament traîné son agent sur scène en lui disant : "La prochaine fois, tu liras le scénario avant..." Bref, Halle Berry a montré qu'on pouvait être une star hollywoodienne et avoir une bonne dose d'auto-ironie. Précisons pour nos affaires franco-américaines que le metteur en scène de Catwoman n'est autre que le Français Pitof, ex-soi disant petit génie des effets spéciaux devenu réalisateur. J'ai depuis des années - en fait depuis un article que j'ai publié dans les Cahiers du Cinéma en 1997) - la conviction que trop de metteurs en scène ont fait des effets spéciaux digitaux l'objet de leurs films et non un outil. Cela a commencé avec Jurassic Park et continue aujourd'hui dans 75% de la production d'action et de science-fiction hollywoodienne. Et Pitof n'a pas compris ce que son ancien employeur, Jean-Pierre Jeunet, a (en partie) assimilé : les effets digitaux ne sont pas un subsitut à une histoire, des personnages et une vision personnelle.

2 Comments:

Blogger Raphael said...

Tout à fait d'accord sur Pitof, qui mérite bien son nom, il est piteux. Je n'ai pas vu Catwoman, mais Vidoq était assez insignifiant.

2/3/05 03:35  
Anonymous yann said...

Je connait Pitof pour l'avoir cotoye de loin professionnelement et de pres dans des soirees (plus des teufs que des soirees d'ailleur). C'est quelqu'un de tres abordable, plutot sympatique.
Oui il etait la au debut des effet speciaux numerique et c'est surtout fait remarque par la passion qu'il avait pour ces nouveaux outils et sont intuition pour s'en servir et sortir des images lechees. Les media l'ont baptise le genie des effets speciaux... il ne s'est pas auto proclame...
Il faut garder a l'esprit que la magie des effets speciaux est en fait un monde truffe de contraintes humaines financieres et techniques, et que l'on ne fait pas toujours ce que l'on veut.
Pitof realisateur c'est une autre histoire.
Sophie Marceau a realise son premier film il y a a peu pres trois ans, je serais curieux de faire un sondage pour savoir qui l'a su. Parce qu'elle a beacoup a apprendre en tant que realisatrice elle a choisi d'etre tres discrete.
Pitof n'a pas fait ce choix. Pour apprendre son metier de realisateur il a fait jouer Depardieu, c'est occupe lui meme des effet speciaux en creant une structure "a l'economie". Oui il s'est plante... et il a sans douten une grande part de responsabilite.
Pour Catwoman, il faut savoir que les studios au etats unis on tout pouvoir y compris de faire re-ecrire le scenario 1 heure avant le tournage prevu de la scene et de dire non a une prolongation de tournage meme s'il manque des scenes essentielles. Le realisateur, s'il n'est pas Eastwood ou Scorcese a du mal a controler le film...

Mes deux centimes...

3/3/05 12:52  

Enregistrer un commentaire

<< Home